LE STRESS

Aujourd’hui, les situations de stress touchent de plus en plus de personnes, ce qui modifie une grande partie de notre comportement. Notre corps est le support physiologique de nos émotions et réagit fortement à tout ce qu’il vit et ressent.

Mes spécialisations en sophrologie : stress

Chaque corps a son propre langage. Quelques symptômes d’alerte : anxiété, angoisse, surmenage, irritabilité, insomnies, fatigue, épuisement, baisse du tonus musculaire, maux de dos, problèmes cardio-vasculaires, troubles de concentration, troubles de mémoire, troubles digestifs…

Ainsi, chaque personne réagira différemment sur une même situation stressante. Un divorce ou un déménagement pourra être stressant pour une personne ou libérateur pour une autre.

En fonction de notre éducation, nos a priori, nos conditionnements, notre culture et notre façon de vivre, nous percevons différemment les agents stressants quels qu’ils soient.

Afin de préserver notre homéostasie, notre principale priorité consiste à rétablir l’équilibre entre le corps et l’esprit.

AVEC LA SOPHROLOGIE, VOUS RETROUVEZ L’EQUILIBRE ENTRE LE CORPS ET L’ESPRIT

La Sophrologie a toutes les composantes pour lutter contre le stress :

  • elle est avant tout préventive
  • elle peut éviter une prise en charge psycho-thérapeutique souvent longue
  • elle est efficace à long terme
  • elle permet de prendre du recul face aux situations stressantes
  • elle permet de se réconcilier avec soi-même et de reprendre confiance en soi.

Comment évaluer votre propre résistance au stress ? En apprenant à mieux vous connaître.

Avec la Sophrologie, vous allez apprendre à repérer et à mieux cerner vos symptômes. Elle va vous aider à vous en débarrasser.

La Sophrologie nous offre tous les outils pour nous libérer de l’emprise du stress grâce au lâcher-prise.

 Avec ses différentes techniques vous :

  • respirez
  • vous détendez
  • évacuez le stress
  • développez votre potentiel vital
  • positivez
  • découvrez vos valeurs
  • contrôlez votre corps et votre esprit.

POURQUOI DOCTEUR ?

Respirer pour se calmer : des neurones en cause

Des chercheurs ont identifié le réseau de neurones impliqués dans le sentiment de calme induit par la respiration profonde.

Ambre Amias – Publié le 02.04.2017 à 13h58

Pour se calmer, l’être humain agité a instinctivement le même réflexe : respirer un grand coup. En fait, cette préconisation ancestrale repose bel et bien sur une base  scientifique. Une équipe de chercheurs vient ainsi de fournir l’explication neurologique à l’origine de l’effet apaisant du profond soupir.

Publiée dans la revue Science, l’étude met en évidence le circuit de neurones impliqués dans la connexion entre la respiration et le sentiment de calme (Stanford University School of Medicine : « How breathing controls brain’s arousal state » – March 30th, 2017) [ajouté et souligné par nous]. Les chercheurs montrent ainsi que le fait d’inspirer et d’expirer profondément stimule un sous-ensemble de neurones, qui transmettent à leur tour des signaux à une région cérébrale responsable du stress et de l’attention, dont elle inhibe l’activité – d’où le sentiment « zen » qui émerge.

Deux gènes

Les auteurs, de l’université de Stanford, se sont également penchés sur l’expression de ces neurones et ont isolé deux protéines impliquées dans la transmission de ces signaux. Ces protéines seraient contrôlées par deux gènes différents, potentielles cibles pour des traitements thérapeutiques, expliquent-ils.

Mais même en l’absence de médicament, ces travaux démontrent, preuves scientifiques à l’appui, qu’il est possible d’agir au niveau cérébral pour réduire son niveau de stress, en respirant, tout simplement.

Des travaux confirmés par la littérature : récemment, une équipe de chercheurs a ainsi montré que la méditation agit structurellement sur le cerveau et réduit un marqueur biologique de l’inflammation, l’interleukine-6.

LA SOPHROLOGIE VOUS PERMET DE VAINCRE LES EPREUVES ET DE PRENDRE VOTRE VIE EN MAIN. 

ELLE VOUS DONNE UN NOUVEAU REGARD SUR VOUS-MEME ET SUR LE MONDE EXTERIEUR.